Le scarabée du désespoir Pierre Gingras JardinerLaPresseca

Vendredi 27 nov 2015

Faites de Cyberpresse votre page d’accueil

Découvrez Ma Presse
Me connecter

Pour utiliser cette fonction, vous devez être membre Ma Presse

UTILISEZCONNECTEZ-VOUS

Vous n’êtes pas encore membre ?
M’inscrire »

L’utilisation de Facebook sert uniquement à simplifier votre inscription.
Aucune de vos activités sur Ma Presse ne sera partagée sur votre page Facebook sans votre consentement.

Accessible sur lapresse.ca, La Presse+ et La Presse Mobile, Ma Presse est votre espace personnel où sont regroupées vos activités effectuées sur l’un ou l’autre de nos produits numériques.

La sauvegarde multiplateforme
Accédez aux articles et galeries de photos sauvegardés à partir de lapresse.ca, de La Presse+ ou de La Presse Mobile.

Votre historique
Retrouvez la liste de vos activités, incluant vos sauvegardes, partages et commentaires.

Votre compte
Retrouvez vos données personnelles : profil et inscriptions aux infolettres.

La Presse.ca

 Retour à l’accueil

Vidéos
Photos
Débats

13°C

Montréal
Changer de ville

Personnaliser votre météo
Fermer

Actualités
International
Affaires
Sports
Auto
Arts
Cinéma
Vivre
Vins
Voyage
Maison
Techno

Immobilier
Architecture
Décoration
Rénovation
Cour et Jardin

Accueil > 
Maison > 
Cour et Jardin > 
Jardiner > Le scarabée du désespoir 

Le scarabée du désespoir

Agrandir
Le scarabée du rosier.
Photo: Claude Gélinas

Ajouter

Partage

Tweet

Du même auteur
La camerise, une saveur unique
Couleurs végétales
Des arachides dans le potager
La magie du lac au Sorcier
Panama: l’autre canal

Pierre GingrasMontoit.ca

(Montréal) Chaque fois que j’aborde le sujet avec ma tendre moitié, la conversation se termine toujours abruptement : «Si jamais ces bibittes envahissent nos platebandes, je démissionne comme jardinière.»

Espérons que le scarabée du rosier et le scarabée japonais épargneront notre jardin. La situation décrite par des lecteurs aux prises avec des infestations est tellement décourageante qu’elle peut inciter à remiser pour de bon pelles et râteaux.

J’ignorais qu’une seule bibitte pouvait mettre en péril la vie de couple ou même, menacer la carrière d’un chroniqueur horticole.

Le pire, c’est qu’une fois la bestiole installée chez vous, il n’y a pas grand-chose à faire. Plantes défoliées, boutons floraux percés, fleurs détruites, fruits massacrés ou dévorés, tels sont les ravages de l’ouragan scarabée. Un jardin des horreurs. La bataille semble parfois futile devant les effectifs innombrables de l’ennemi qui attaque souvent en essaim. La seule consolation, c’est que les plantes survivent généralement à leur douloureuse expérience.

Lise et Claude Sarrazin, qui habitent près de Magog, font partie des victimes. « Nous sommes infestés depuis quatre ans par le scarabée du rosier. Nous avons tout essayé, du moins à notre connaissance, écrivent-ils. Eau savonneuse, produits commerciaux, piège à phéromone, élimination à la main. Rien ne semble y faire et la population croît d’année en année. L’an dernier, nous en avons éliminé pas moins de 16 400 en sept semaines, tous capturés à la main, un par un. Cette année, au cours des deux premières semaines de chasse, nous en avons capturé 23 640. En 2010, nous avons essayé les pièges à phéromone. Même s’ils étaient installés aux bons endroits, la récolte ne dépassait guère les six ou sept insectes par jour. Durant la même période, nous pouvions en capturer des centaines à la main. Nous avons besoin de vos lumières pour nous aider ! »

Un régime polyvalent

La situation est d’autant plus éprouvante que le scarabée du rosier a un régime alimentaire infiniment plus varié que ne l’indique son nom. Chez les Sarrazin, ils ont dévoré des fougères, pivoines, impatientes, saules, valérianes, roses trémières, lilas, chênes, vignes à raisins (une des ses plantes préférées), cerisiers, mûriers, pruniers, pommiers, framboisiers, sureau… On sait aussi qu’ils dévorent allègrement les hortensias, iris, vignes vierges, ormes, aubépines et même les pins. Mais parfois, ils se contentent de manger deux ou trois espèces de plantes, négligeant les autres tout autour de leur garde-manger.

Originaire de l’est de l’Amérique du Nord (il existe en Europe une espèce distincte qui répond au même nom), le scarabée du rosier, de couleur brunâtre, mesure environ 1,25 cm. Il émerge du sol à la fin mai ou au début juin et préfère les sols sablonneux. Le pic de l’éclosion semble survenir au moment où les lilas japonais sont en fleurs. D’ailleurs, les bêtes semblent être attirées par les fleurs blanches où elles se réunissent parfois en grand nombre, sans les endommager dans certains cas. Contrairement au cousin, le hanneton japonais qui sévit en juillet et en août, le scarabée ne cause pas de dommages aux racines des plantes ornementales, mais plutôt à celles des mauvaises herbes. La longévité d’un adulte est de quatre à six semaines. Les ravages sont souvent spectaculaires car ils ne laissent souvent que la nervure des feuilles attaquées.

Comment combattre la bête ?

Hélas, mes lumières, comme vous dites, n’auront pas beaucoup d’intensité dans ce cas, d’autant plus que vous avez déjà une grande expérience de vie commune avec la bête. Le Réseau d’avertissement phytosanitaire recommande des produits à base de pyréthrine, de roténone ou encore de perméthrine. En cas d’invasion, les traitements doivent être faits aux quatre jours jusqu’au moment où l’insecte est complètement éliminé. Il faut rappeler toutefois que la bête vole très bien. On peut obtenir le nom des produits autorisés au Québec en consultant la liste des pesticides à usage domestique (classe 5) du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs. La liste compte des centaines de produits, mais attardez-vous sur ceux dont la composition chimique vous intéresse. Une solution concentrée est toujours, au bout du compte, beaucoup moins coûteuse qu’un produit dilué. Évidemment, votre centre de jardin peut vous être fort utile pour faire le bon choix.

Les pièges à phéromones ne donnent souvent pas les résultats escomptés car ils attirent habituellement plus d’insectes qu’ils n’en capturent. Mais plusieurs y trouvent néanmoins satisfaction. Quant aux méthodes préventives, elles peuvent s’avérer efficaces sur de petites surfaces. On recommande de bécher le sol autour des plantes pour exposer les larves, d’éliminer les mauvaises herbes du jardin, de recouvrir les plants avec un tissu fin, genre coton fromage, pour éviter que la bestiole n’ait accès aux végétaux. Mais si le terrain est grand et que les voisins ne participent pas à votre guerre, c’est souvent peine perdue.

Pour ceux qui sont patients, il y a tout de même une lueur d’espoir. Habituellement, quand il y a explosion d’une population d’insectes sur un territoire donné, les mécanismes de régulation se mettent en branle. L’apparition de maladie ou de parasites, par exemple, fait alors baisser considérablement leur nombre.

Un dernier mot : le scarabée et la volaille, notamment les poules domestiques, ne font pas bon ménage. L’insecte contient une substance toxique qui pourrait leur être mortelle. Pas question donc de leur offrir un beau plat de scarabées tout frais capturés avec un aspirateur manuel.

Partager

Tweet

lapresse.ca vous suggère

Jardiner
Jardins de Verchères et Varennes à l’honneur
Les amateurs de jardinage sont invités à la visite annuelle des jardins de Verchères, demain. Une activité organisée par une poignée de bénévoles… »

publicité

Retour
Haut

publicité

Les plus populaires

Dernière
heure
Dernier
jour
Dernière
semaine

Identité: Anglade dénonce les positions «radicales» de la CAQ

Square Viger : le Daudelin sauvé en partie

Démission du président républicain de la Chambre

Dernière Heure Félix et Meira représentera le Canada aux Oscars

La loterie Lotto Max offre un gros lot record de 60 millions

Décès du comédien Hugo St-Cyr

La question du niqab enflamme le débat des chefs

Terrebonne: le Parti conservateur se distancie d’un candidat-vedette

Sondage Ekos/La Presse: bond spectaculaire des conservateurs

Les villes pourront imposer leurs conditions de travail

Saint-Tite: Marc-André Paquin accusé de voies de fait graves

Exclusif Mike Ward est-il allé trop loin avec le «Petit Jérémy»?

Une femme meurt au marathon de Montréal

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca »

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file; Vidéos >

Tweet

Une pub de condoms censurée au Pakistan
01:55

À la défense des fils
02:36

Plus de vidéos »

publicité

Autres contenus populaires

Auto
Cinéma
Maison

Volkswagen cesse de commercialiser des modèles aux États-Unis

Le patron de Volkswagen «infiniment désolé»

Le patron de Volkswagen démissionne

Affaire Volkswagen: «On a totalement merdé»

Les adversaires du diesel galvanisés par le scandale Volkswagen

Le mirage, seul film québécois du top 20 estival

Johnny Depp: transformation intérieure

Tournage de Les p’tits cochons 2: les petits cochons grandissent

TIFF : le prix du public décerné à Room

Love ouvrira la section Temps Ø du FNC

Appel à tous: des maisons figées dans le temps

Ville-Marie: travail récompensé

Quoi faire au jardin avant l’arrivée du froid?

Produits d’ameublement: des substances néfastes découvertes

Chics condos LEED à Saint-Lambert

publicité

la liste:9270:liste;la boite:219:box

À découvrir sur lapresse.ca

Bulgarie
L’âme et les montagnes bulgares

Mode
P’tit mec p’tite nana: les vies de Jessica

Entrevues
The Dears: inspiré par l’incertitude

Nouvelles
La chanson de Spectre dévoilée

Hockey
Francis Bouillon annonce sa retraite

image title
Fermer

À propos de nous
Nous joindre
LA PRESSE – Carrières chez nous
 

Internet

Information en continu
Rester connecté

Facebook
Twitter
Google+
RSS

Alertes
Infolettre
Lapresse.ca en page d’accueil

Régions
Montréal: La Presse
Québec: Le Soleil
Trois-Rivières: Le Nouvelliste
Gatineau / Ottawa: Le Droit
Sherbrooke: La Tribune
Saguenay / Lac-St-Jean: Le Quotidien
Granby: La Voix de l’Est

Archives
Recherche
Archives payantes
La Presse-écoles

Détente
Caricatures
Casse-tête
Concours
Horoscope
Mots croisés
Quiz
Sudoku

Services
Agenda culturel
Horaire cinéma
 
Météo
Bourse
Résultats sportifs
 
Nécrologie

Mobile

Applications
La Presse+
iPad 2 ou plus ou iPad mini
Tablettes Android compatibles
La Presse Mobile
Sur iPhone et Android

Journaux

Abonnements papier
Montréal: La Presse
Québec: Le Soleil
Trois-Rivières: Le Nouvelliste
Gatineau / Ottawa: Le Droit
Sherbrooke: La Tribune
Saguenay / Lac-St-Jean: Le Quotidien,
Le Progrès-Dimanche
Granby: La Voix de l’Est

Cahiers spéciaux
 
Éditions La Presse
 
Librairie La Presse
 
Petites annonces

Abonnements électroniques
Versions électroniques

Sites partenaires

Workopolis : offres d’emplois
Tuango : offres du jour

Du Proprio : Maisons à vendre

 
Actualités
International
Affaires
Sports
Auto
Arts
Cinéma
Vivre
Voyage
Vins
Maison
Techno

Plan du site
Modifier votre profil
Foire aux questions
Nous joindre
Conditions d’utilisation
Politique de confidentialité
Annoncez dans nos médias

© La Presse, ltée. Tous droits réservés.

 

Le scarabée du désespoir | Pierre Gingras | Jardiner – LaPresse.ca